». Ludwig van Beethoven connaissait bien l'œuvre pour clavier[88] de Bach et, jeune, il en jouait une grande partie par cœur. La musique de Bach réalise l'équilibre parfait entre le contrepoint et l'harmonie avant que cette dernière prenne le pas à partir du milieu du XVIIIe siècle. Il s'inspira ensuite de l'art du contrepoint de Bach pour composer sa Missa Solemnis, qu'il considérait comme sa plus grande œuvre. L'œuvre est publiée l'année suivante. Monsieur Bach trouva si beau le thème qui lui avait été présenté qu'il veut porter sur papier une véritable fugue et la faire ensuite graver sur cuivre. Le 19 novembre 1736, Bach se vit accorder le titre honorifique de compositeur de la Chapelle royale de la cour de Saxe[76], sans toutefois que cela s'accompagnât d'un salaire. Bien qu'il n’ait pas créé de forme musicales nouvelles, il pratiqua tous les genres existant à son époque à l’exception de l’opéra : dans tous ces domaines, ses compositions, dont seules une dizaine ont été imprimées de son vivant, montrent une qualité exceptionnelle en invention mélodique, en développement contrapuntique, en science harmonique, en lyrisme inspiré d’une profonde foi chrétienne. Il édite à ses frais la cantate BWV 71, l'une des rares œuvres de Bach publiée de son vivant (et unique cantate[51]), et il réinvite par deux fois le compositeur pour la diriger. Bach rassemble une bibliothèque de musique allemande, et fait travailler le chœur et le nouvel orchestre. Bach, dont le supérieur direct Johann Adolf Frohne est un piétiste, sent que la situation ira en se dégradant, et accepte une meilleure situation à Weimar[53]. Il y écrit sa première cantate (peut-être la BWV 131), prélude à une œuvre liturgique monumentale à laquelle viendra se rajouter l'œuvre pour orgue. Les quatre fils se lancent vite sur la voie du courant pré-classique qui prend alors le pas sur le Baroque. Il a comme élève le neveu du duc et son héritier, Ernest-Auguste Ier. Ce n'est que le 11 mars 1829 que Felix Mendelssohn fit rejouer la Passion selon saint Matthieu à Berlin[89] ; elle fut rejouée plusieurs fois. Mais sa femme Maria Barbara meurt le 7 juillet 1720[65], et cet événement le marque profondément. C'est un prodigieux empirique. Il corrige. Peu connue de son vivant au-dehors de l'Allemagne, passée de mode et plus ou moins oubliée après sa disparition, pleinement redécouverte au XIXe siècle, son œuvre, comprenant plus de mille compositions, est généralement considérée comme l'aboutissement et le couronnement de la tradition musicale du baroque : elle a fait l’admiration des plus grands musiciens, conscients de son extraordinaire valeur artistique. Bach's first born child. Son enfance se passe à Eisenach, et il reçoit sa première éducation musicale de son père, violoniste[14] de talent. Le génie fait le reste[27]. Dix mourront à la naissance ou en bas âge, quatre deviendront compositeurs à leur tour : Wilhelm Friedemann, Carl Philipp Emanuel, Johann Christoph Friedrich et Johann Christian. Il postule à Leipzig, où le poste de Cantor est vacant et lui permet une plus grande renommée dans le Saint-Empire, mais aussi en Pologne et en France : le prince-électeur de Saxe est roi de Pologne et a fréquenté la cour de Versailles, avec laquelle il garde de bonnes relations. Ses contemporains l’ont souvent considéré comme un musicien austère, trop savant et moins tourné vers l’avenir que certains de ses collègues. À la Katharinenkirche de Hambourg, il donne un concert très remarqué, en particulier par Johann Adam Reinken, presque centenaire[69], et se voit presque proposer un poste. Il a formé de nombreux élèves et transmis son savoir à plusieurs fils musiciens pour lesquels il a composé quantité de pièces à vocation didactique, ne laissant cependant aucun écrit ou traité. À l'époque, Leipzig, avec ses 30 000 habitants, est la deuxième ville de Saxe. Cette période voit la création de la plupart de ses œuvres pour orgue, dont la plus connue, la célèbre Toccata et fugue en ré mineur, BWV 565. Johanna married Carl, Ferdinand Bach. Le gouvernement de Mühlhausen est satisfait du musicien : il ne fait aucune difficulté pour rénover à grands frais l'orgue de l'église Divi Blasii (de) (Blasiuskirche ou saint Blaise), et lui confie la supervision des travaux. Il a pris exemple sur les Variations Goldberg pour composer ses trente-trois Variations Diabelli pour piano. Elle l'aide alors dans ses travaux de copie et de transcription[20]. Depuis, son œuvre reste une référence incontournable pour l'ensemble de la musique occidentale. Major children and living persons must directly contact the, , born 21 March 1685 (Wednesday) - EISENACH (Allemagne), deceased 28 July 1750 (Tuesday) - LEIPZIG (Allemagne) aged 65 years old, , born 20 October 1684 (Friday) - GEHREN (Allemagne), deceased 7 July 1720 (Sunday) - KÖTHEN (Allemagne) aged 35 years old, List of all individuals in the family tree, Born 30 October 1737 (Wednesday) - LEIPZIG (Allemagne), Deceased 18 August 1781 (Saturday) - LEIPZIG (Allemagne),aged 43 years old. ». Eine Erzählung um den sechzigsten Geburtstag Johann Sebastian Bachs, Music in the castle of Heaven: a portrait of Johann Sebastian Bach, « On adore Bach, et on croit en lui, sans supposer un instant que sa divinité puisse jamais être mise en question ; un hérétique ferait horreur, il est même défendu d’en parler. Loi Informatique etLibertés respectée "moins de 100 ans" nonvisible, {{ mediasCtrl.geTitle(media, true) }} {{ media.date_translated }}, Section Beaux-Arts : Elève=Filsélevé, et Pèrenourricier=Maître, Légion d'Honneur : Parrain demandéet qui accepte = Père nourricier, "sous les ordres de X.X." Il est en particulier le grand maître de la fugue, du prélude de choral, de la cantate religieuse et de la suite qu’il a portés au plus haut degré d’achèvement. Tim Dowley (adaptation française de Marie-José Lamorlette), Ioanni Sebastiano sexagenario. À Leipzig, le poste de Johann Kuhnau, le Thomaskantor de l'église luthérienne saint Thomas, est à pourvoir. ». In accordance with the legal provisions, you can ask for the removal of your name and the name of your minor children. Sa Majesté ordonna immédiatement qu'on le laissât entrer et se mit aussitôt à l'instrument nommé forte et piano et eut la bonté de jouer en personne un thème au maître de chapelle Bach, sans la moindre préparation, sur lequel celui-ci dut exécuter une fugue. Personnalité et caractère de Bach. Il compose durant sa vie des cantates pour cinq années complètes de cycle liturgique, soit plus de trois cents. Il doit se battre pour constituer une dot convenable, aidé par l'héritage modeste de son oncle Tobias Lämmerhirt[49], et pour donner à sa femme une place dans les représentations, car les femmes ne sont généralement pas admises à la tribune d'honneur jusqu'au XIXe siècle. … Il refait. Mühlhausen est alors une petite ville de Thuringe, récemment dévastée par le feu, et Bach peine à trouver à se loger à un prix convenable. De sa première épouse, sa cousine, Maria Barbara Bach (1684-1720), Bach eut sept enfants : Il épouse en secondes noces une chanteuse de cour, fille cadette d'un trompettiste, Anna Magdalena Wilcke dont il eut treize enfants : Contrairement à beaucoup de compositeurs et artistes, Bach ne recherchait pas une reconnaissance humaine ni sa propre gloire, mais surtout celle de Dieu. C'est un prodigieux empirique. Bach est alors passé de mode. Le décès de l'organiste de l'église Saint-Blaise de Mühlhausen, situé à soixante kilomètres d'Arnstadt, lui offre l'opportunité qu'il attendait : de l'automne 1707 à la mi juillet 1708, il est organiste à Mühlhausen.